Connect with us

Bonjour, que recherchez-vous ?

Article

Des soignants pris en tenaille entre la crise sanitaire et les réformes néolibérales de l’hôpital

Par Marc Loriol, Severin Muller et Stephen Bouquin.

FacebookTwitterLinkedInWhatsApp

Dans son dernier numéro, la revue Les Mondes du Travail consacre un important dossier sur le travail en temps de pandémie et des témoignages passionnants.

Les soignants, en première ligne dans la gestion de pandémie, ont fait l’objet de plusieurs publications en sociologie du travail. S’agissant d’une crise toujours en cours, l’équipe des Mondes du travail a souhaité publier une sorte d’étude préliminaire, entre ébauche d’enquête et récits d’acteurs (d’autres témoignages seront publiés sur le site de la revue). Les témoignages de Marie Potvain, infirmière, de Véronique Soula, responsable de la pharmacie hospitalière de Chauny dans l’Aisne et de syndicalistes CGT de l’hôpital Cochin à Paris sont représentatifs de l’expérience récente de nombreux professionnels hospitaliers. Lors de la première vague, l’irruption du virus a placé les soignants sur une ligne de crête émotionnelle, dans un équilibre fragile entre tensions et engagement, joies et peines.

Découvrir la revue Les Mondes du Travail

La confrontation à une maladie mortelle et méconnue, la désorganisation des collectifs de travail liée à la constitution d’équipes ad-hoc avec des soignants venus de différents services, voire d’autres établissements, la plus grande difficulté à gérer les fins de vie (et en partager le poids) du fait de l’impossibilité de mettre en œuvre des protocoles incluant l’équipe et les familles, la peur d’être contaminé et plus encore de contaminer ses proches (ce qui fut malheureusement parfois le cas), le manque de moyens (respirateurs, masques, gel, etc.) pour prendre correctement en charge les malades et appliquer les mesures barrière ont pesé fortement sur les épaules des soignants. Mais, en même temps, le sens de leur travail et l’importance de leur mission n’ont jamais été aussi évidents et reconnus. La situation exceptionnelle renforce un engagement déjà fort, y compris parmi celles qui n’avaient pas encore rejoint la profession (étudiantes, élèves…) ou l’avait quittée (retraités, personnes reconverties dans des activités non-soignantes…). Dans les services hospitaliers, l’urgence et l’importance des tâches à accomplir favorisent des relations professionnelles plus informelles, une ambiance de solidarité et d’implication collective, y compris avec les habitants et les entreprises des territoires couverts par les établissements.

Face aux difficultés et à l’incertitude, la capacité des équipes de soins à réagir ensemble pour trouver des solutions inédites et adaptées au contexte local renforce le moral de chacun et le sentiment de participer à une œuvre collective stimulante. Lire la suite

Laissez-nous un commentaire

Cliquez pour commenter

Vous devez être connecté pour publier un commentaire. Login

Leave a Reply

Article

Premier bassin d’emploi en Europe, l’Île-de-France représente 23% de l’emploi salarié en France. Si elle est une région attractive, l’Île-de-France est aussi marquée par...

Revue

Commander le 7e numéro de la revue Travailler au Futur Au sommaire : La comédienne Corinne Masiero nous parle travail. Thomas Coutrot, économiste et...

Article

COMMANDER LE HORS-SÉRIE KARL MARX ET LE TRAVAIL. De grands textes de Karl Marx toujours d’actualité, présentés et analysés par de grands chercheurs français...