Connect with us

Bonjour, que recherchez-vous ?

Article

Les femmes doivent avoir un accès égal à la protection sociale

La revue de presse hebdomadaire de TaF. La crise du COVID rappelle que plus de la moitié de la population mondiale ne bénéficie d’aucune protection sociale. C’est tout particulièrement le cas des femmes dans les pays en développement et celles qui travaillent dans l’économie informelle.

FacebookTwitterLinkedInWhatsApp

TaF a vu, lu, entendu… n°38.
« À travail de valeur égale, rémunération égale ! » Le droit international et le droit européen offrent des ressources juridiques, encore trop peu connues, à mobiliser pour assurer les droits des femmes dans l’emploi et le travail.

Femmes et hommes : à travail égal, salaire égal ? Dans le secteur privé, les femmes gagnent 28,5 % de moins que les hommes en moyenne. Elles travaillent plus souvent à temps partiel et dans des métiers moins bien payés que les hommes. À temps de travail et poste équivalents, l’écart de salaire est de 5,3 %.

Les femmes doivent avoir un accès égal à la protection sociale. Podcast. La crise du COVID nous a rappelé que plus de la moitié de la population mondiale ne bénéficie d’aucune protection sociale. C’est tout particulièrement le cas des femmes dans les pays en développement et celles qui travaillent dans l’économie informelle. Face à cette réalité, nous ne pouvons pas attendre la prochaine crise pour agir. 

Les femmes sont-elles les grandes perdantes de la pandémie ? Alors que les crises et les guerres ont eu pour effet de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes, la pandémie aggrave les écarts.

Les inégalités professionnelles perdurent pour les femmes cadres. Les inégalités de salaires, mais aussi d’accès à des postes de management et à responsabilité stratégique perdurent pour les femmes cadres, selon une récente étude de l’Apec. Mais pour autant, les cadres ne semblent pas favorables à l’instauration de quotas, notamment au sein des comités de direction.

Emploi, télétravail et conditions de travail : les femmes ont perdu à tous les niveaux pendant la covid-19. La pandémie et la crise économique qu’elle a engendrée accentuent les écarts avec les hommes, après un demi-siècle de réduction des inégalités entre les sexes.

Le travail des femmes progresse dans l’Union européenne. Les femmes participent de plus en plus au marché de l’emploi dans l’Union européenne, même si elles restent en infériorité dans les postes de direction. À l’occasion de la journée internationale de la femme, Eurostat a publié une série de statistiques sur l’emploi des femmes européennes.

Directeur général de l’OIT: « Mettons les femmes au premier plan de la reprise centrée sur l’humain ». Il faut éviter que les progrès lents et acquis de haute lutte au cours des dernières décennies ne s’inversent, creusant davantage les inégalités entre hommes et femmes. Mettons les femmes au premier plan de la reprise centrée sur l’humain.

Prévention en santé au travail : la proposition de loi qui déçoit les infirmiers. La proposition de loi visant à renforcer la prévention en santé au travail est en cours d’examen au Parlement. Une partie du texte est consacrée aux infirmiers de santé au travail. Mais les représentants infirmiers regrettent le peu de changements concrets.

La protection de la santé mentale du salarié s’impose à l’employeur. L’employeur doit tout mettre en œuvre pour assurer votre sécurité et votre santé, notamment mentale, au travail. Si vous démissionnez dans un contexte de dégradation de votre santé mentale, il est possible, si l’employeur n’a rien fait pour l’empêcher, que votre démission puisse s’analyser en un licenciement aux torts de l’employeur. C’est ce que rappelle la Cour de cassation.

Santé au travail Un collectif interpelle les parlementaires. Alertant contre le projet de loi qui réforme les services de santé et de sécurité au travail, le collectif ATMP regroupe des salariés syndiqués et non syndiqués des services de prévention des Carsat/CGSS/Cramif et de l’INRS.

Podcast – Polarisation du marché du travail : y a-t-il davantage d’emplois peu qualifiés ? On appelle cela la “polarisation du marché du travail”, qui soulève des craintes concernant la classe moyenne ou l’accroissement des inégalités sociales. Et la France serait l’un des pays les plus marqués par cette polarisation. Alors, y a-t-il davantage d’emplois peu qualifiés ? La situation – et donc la réponse à cette question – est bien plus nuancée qu’il n’y paraît. Cécile Jolly, auteur de la publication « Polarisation du marché du travail : y a-t-il davantage d’emplois peu qualifiés ? » en expose les principaux résultats lors de ce nouvel épisode de Perspectives.

Marché du travail : 283 900 emplois salariés ont été détruits en 2020. Sur un an, l’emploi salarié a reculé de 1,1 %, ce qui représente 283 900 destructions nettes en 2020. Selon l’Insee, il se situe ainsi à un niveau comparable à celui de fin 2018.

Protégeons-nous du bien-être au travail. « Les servitudes du bien-être au travail », ouvrage collectif sous la direction de Sophie Le Garrec, démontre combien peuvent être contradictoires, voire dangereuses, les dispositions qui invitent de force le salarié à être heureux.

« Le mal-être au travail a été amplifié par la pandémie ». Du fait de la pandémie de Covid-19, le télétravail a connu un essor sans précédent en 2020, pour atteindre 41 % des salariés en mai lors du premier confinement, selon le Baromètre annuel Télétravail 2021 de Malakoff Humanis. Couplé avec un contexte anxiogène, le télétravail a généré, selon cette étude, du surmenage, de la porosité entre vie personnelle et vie professionnelle, du stress, de la détresse psychologique et de la fatigue physique.

Augmenter les rémunérations, accroître la considération. La crise Covid débouchera peut-être sur une nouvelle ère en matière de reconnaissance des activités essentielles. Rien n’est écrit. Mais les pressions sont fortes en faveur de rémunérations décentes et d’une considération plus élevée pour des professions auparavant décriées, aujourd’hui honorées.

Un an de Covid-19 : Pourquoi les jeunes boudent le télétravail et veulent retourner au bureau. Le télétravail, généralisé depuis un an avec la crise du Covid-19, est apprécié par les salariés. Mais plus ils sont jeunes, moins ils le trouvent efficace. Et plus ils rêvent de retourner au bureau pour se socialiser.

Covid-19 : le ministère du Travail lance « Objectif télétravail », un dispositif d’accompagnement dédié aux TPE-PME. L’enjeu de ce service d’accompagnement piloté par l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT), établissement public placé sous la tutelle du ministère en charge du Travail, est d’encourager le recours au télétravail à 100 % pour les postes éligibles et ainsi de retrouver le niveau de télétravail atteint en novembre.

L’Histoire du télétravail : une tendance qui revient avec l’arrivée du COVID. Vit-on pour travailler ou travaille-t-on pour vivre ? Une question qui demande une grande réflexion sur l’activité qui consomme le plus clair de notre temps. Le travail fait partie des mœurs de l’humanité depuis de très nombreuses années et est toujours au cœur de questionnements philosophiques ou non. De l’hédonisme d’Aristippe de Cyrène à l’aliénation du travail de Karl Marx en passant par division du travail social d’Emile Durkheim, la valeur du travail a de nombreuses fois été remise en cause.

Et si votre crayon était un outil de lutte contre le travail forcé ? Un concours mondial de dessins permettra de sensibiliser au travail forcé, qui touche 25 millions de personnes dans le monde. Ce concours, lancé le 10 mars, vise à sensibiliser au travail forcé par des images saisissantes et des messages visuels qui ne nécessitent que peu ou pas de mots. Il est organisé par l’Organisation internationale du Travail (OIT) et Ressources humaines sans frontières (RHSF), en collaboration avec Cartooning for Peace.

Les Archives nationales du monde du travail, un témoignage visuel à portée de clic La mise en ligne des « mémoires du travail » fait découvrir la micro-histoire de l’économie française, rapporte Antoine Reverchon dans sa chronique.

Disruption en vue dans le monde du travail post-Covid. Causé par la crise sanitaire, l’essor du télétravail va avoir des conséquences économiques majeures sur le long terme. L’enjeu : les anticiper dès maintenant alors que les employés sont peu à peu renvoyés sur leur lieu de travail.

Au travail, le facteur humain prend de plus en plus de poids. ous voici confrontés à une gigantesque expérience de télétravail, de fragmentation du temps de travail et à des carrières moins linéaires. A chacun de trouver sa place au sein de l’entreprise, observent Batoul Hassoun et Natalie Rastoin dans «Un caillou dans la chaussure» (Editions de l’Observatoire).

L’avenir du télétravail (et du travail hybride) en 4 questions. Quel avenir pour le télétravail ? Dans un nouvel épisode du Journal du Télétravail, Mickaël Cabrol, CEO et fondateur d’Easyrecrue, une société du groupe iCIMS, répond à cette question en quatre points.

Un an de crise : ce que veulent les cadres en 2021. À l’occasion d’un webinaire du cabinet LHH portant sur les “enjeux de la population cadre”, Gilles Gateau, DG de l’Apec, décrit les problématiques auxquelles elle sera confrontée en 2021. Des enseignements intéressants pour les dirigeants et les DRH souhaitant recruter (ou retenir) des cadres, alors que la crise du Covid-19 brouille (toujours) les pistes.

Jean-Pierre Robin: «Le travail et l’épargne sont les deux mamelles de la croissance économique». Durant la grande dépression des années 1930, l’économiste John Maynard Keynes avait popularisé ses théories en haranguant les ménagères dans les grands magasins londoniens: «Dépensez votre argent, sinon votre mari perdra son job.» C’est le bon sens, le b.a.-ba de la vie économique.

Royaume-Uni : la justice reconnaît le statut de salariés des chauffeurs Uber. La Cour suprême britannique s’est prononcée sur le statut des chauffeurs Uber, le 19 février, estimant qu’ils étaient bien des salariés de la société, et non des entrepreneurs indépendants. Les chauffeurs britanniques qui demanderont le statut d’employé pourront bénéficier d’un salaire minimum et des congés payés.

Pourra-t-on reprendre nos anciennes habitudes de travail après la crise ? Notre façon de travailler a évolué lentement, durant des milliers d’années. Et soudain, en 2020, elle a été bouleversée du jour au lendemain par un coronavirus agressif qui a contraint le monde entier au confinement.

TaF, c’est à la fois une revue trimestrielle, une plateforme numérique coopérative et l’organisation de colloques..

Pour vous abonner cliquez ici : Je m’abonne
L’objectif de TaF est de mettre en commun des informations, des documents, des idées, des contributions qui explorent et analysent le travail, sa place et son impact dans la société, dans la vie de tout un chacun et chacune, son sens, ses évolutions, ses bouleversements. Travailler au Futur est ouvert à celles et ceux qui veulent comprendre les enjeux liés au travail et toute personne engagée pour une alternative de progrès social, environnemental, économique, sociétal.

.

.

Laissez-nous un commentaire

Cliquez pour commenter

Vous devez être connecté pour publier un commentaire. Login

Leave a Reply

Revue

COMMANDER TRAVAILLER AU FUTUR N°5 Au sommaire : Portraits de travailleuses et de Travailleurs. Elles et ils exercent les métiers de taxi, de technicien du...

Revue

TaF, c’est à la fois une revue trimestrielle, une plateforme numérique coopérative et l’organisation de colloques.

Revue

En posant de fait et de manière centrale la question du travail, la pandémie de Covid-19 soulève celle des modes de production.