Connect with us

Bonjour, que recherchez-vous ?

Article

Les mondes du travail à l’échelle planétaire : entre accroissement, recomposition et rébellions

FacebookTwitterLinkedInWhatsApp

Par Kim Moody, fondateur de Labor Notes, auteur de nombreux ouvrages sur le travail et l’action collective dont On New Terrain: How Capital Is Reshaping the Battleground of Class War, Haymarket Books, 2017. Kim Moody est actuellement enseignant chercheur à l’université de Westminster à London. Avec l’aimable autorisation et la traduction de la revue Les Mondes du Travail.

_

La classe laborieuse (*) du XXIe siècle est une classe en formation, comme on pouvait s’y attendre dans un monde où le capitalisme n’est devenu universel que récemment. En même temps, Marx lui-même nous rappelait, en parlant du développement des classes en Angleterre où elles s’étaient « le plus classiquement développées », que « même ici, cependant, cette articulation de classe n’émerge pas sous une forme pure » (1). La classe laborieuse, bien sûr, est beaucoup plus large que ceux qui sont salariés à un moment donné. Le fait de se fier uniquement aux chiffres de la population active masque des aspects importants de la vie de la classe laborieuse au sens large, y compris au niveau de sa reproduction sociale. Néanmoins, ceux qui ont un emploi et ceux qui n’en ont pas forment le noyau de la classe laborieuse, autrefois considérée comme un monde masculin, mais aujourd’hui composée pour près de la moitié de femmes. Les limites de taille et de temps de recherche font que cet article se concentre sur les sections employées et quasi employées de cette classe globale. En gardant ces réserves à l’esprit, nous examinerons d’abord la croissance de la main-d’œuvre mondiale de la classe ouvrière au XXIe siècle.

Les forces motrices contemporaines de cette dynamique ont été la mondialisation inégale du capitalisme et la montée simultanée des firmes multinationales après la Seconde Guerre mondiale ; la baisse du taux de profit, qui a commencé à la fin des années 1960, a poussé le capital au-delà de ses anciennes frontières et a provoqué des crises récurrentes ; l’intégration des anciennes économies bureaucratiques « communistes » dans le giron capitaliste ; et, plus récemment, l’approfondissement des chaînes de valeur mondiales (CVM). Ces dernières se développent depuis un certain temps mais, au cours des deux dernières décennies, elles ont façonné la croissance et le changement économiques dans de nombreuses économies en développement, en faisant passer les tâches autrefois non rémunérées de la reproduction, de la production de produits de base et des chaînes d’approvisionnement nationales préexistantes dans la sphère des chaînes de production de valeur du capital multinational. Cela a disloqué certaines industries et certains emplois dans les économies développées, mais a surtout entraîné leur expansion dans de nouveaux domaines. Ainsi, par exemple, bien que la part de la production mondiale dans les pays de l’OCDE ait diminué, les États-Unis et l’UE produisent tous deux fois plus de valeur ajoutée aujourd’hui qu’il y a vingt ou trente ans.

Croissance de la main-d’œuvre

Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), la population active mondiale a augmenté de 25 % entre 2000 et 2019. Les personnes effectuant un travail rémunéré sont passées de 2,6 milliards à 3,3 milliards au cours des deux premières décennies du XXIsiècle, soit également une augmentation de 25 %. Parmi les personnes travaillant (employed au sens de l’OIT), 53 % étaient des salariés, contre 43 % en 1996 ; 34 % étaient considérées comme des travailleurs « à leur propre compte », contre 31 % en 1996 ; 11 % étaient des travailleurs « familiaux », contre 23 % en 1996 ; et 2 % étaient des employeurs, contre 3,4 % cette année-là (2).

Il est évident que même les non-employeurs de ce décompte de l’OIT ne sont pas tous de la classe laborieuse. Beaucoup sont des professionnels salariés ou des cadres de diverses sortes, d’autres sont des propriétaires de petites entreprises, des vendeurs ambulants, etc. Mais on peut dire qu’environ deux tiers, soit un peu plus de deux milliards, des personnes considérées comme employées par l’OIT appartiennent à la classe laborieuse. En même temps, ces travailleurs salariés ne sont pas ceux qui touchent un salaire ou un traitement. Beaucoup de ceux qui sont considérés comme des travailleurs « à leur compte » ou indépendants, ainsi que comme des travailleurs « familiaux », sont en fait enfermés dans la relation capital-travail par le biais des chaînes de valeur avec des sources d’approvisionnement nationales et mondiales élargies qui caractérisent le cycle d’accumulation capitaliste depuis un certain temps. Les travailleurs « à leur compte » ou indépendants sont souvent classés comme tel par les employeurs afin d’éviter les contributions, les impôts, tout en basculant la responsabilité du côté de ces travailleurs.

Les femmes sont beaucoup plus susceptibles que les hommes d’être employées de manière informelle. Cette informalité correspond à une définition légale des travailleurs qui se situent en dehors de la plupart des formes de réglementation étatique de l’emploi. Selon cette définition, la plupart des travailleurs à l’époque de Marx étaient « informels ». Comme le remarque Ursula Huws à propos des diverses formes de travail non rémunéré de reproduction ou de prestation de services individuels « improductifs » (de plus-value), « l’histoire du capitalisme peut être considérée de manière synoptique comme l’histoire de la transformation dynamique de chacun de ces types de travail en un autre, avec [comme Marx l’avait pressenti] l’effet global de faire passer une proportion de plus en plus importante du travail humain dans la catégorie “productive” où il est discipliné par les capitalistes et produit de la valeur pour eux » (3).

Ainsi, la Banque mondiale note que les travailleurs à domicile, qui sont presque exclusivement des femmes, représentent une proportion considérable de la partie inférieure des chaînes de valeur (d’approvisionnement) des entreprises mondiales. En outre, des études sur l’impact de ces chaînes d’approvisionnement montrent qu’une grande partie des travailleurs du secteur informel, classés comme employés « à leur propre compte » ou « familiaux » en Asie du Sud, en Afrique et dans les pays en développement, sont généralement intégrés dans des chaînes de valeur mondiales (4).

Ces chaînes d’approvisionnement dominées par les entreprises ne font pas que relier les économies en développement aux firmes multinationales. Elles reconfigurent l’économie et la main-d’œuvre locales en fonction des besoins de ces entreprises. Même si la majorité des travailleurs d’un pays n’est pas directement liée à une chaîne de valeur de telle ou telle firme, les niveaux d’informalité, les salaires, le rythme de travail et les rapports de genre sont fixés pour l’ensemble des travailleurs par la dynamique et la rapidité des chaînes de valeur mondiales « juste à temps » des multinationales.

Comme le soulignent Bhattacharya et Kesar, la croissance de la production capitaliste en Inde a accru le secteur informel parce qu’il est moins coûteux de s’approvisionner auprès de producteurs de marchandises autrefois insignifiants et de s’occuper des travailleurs domestiques, où les femmes fournissent à la fois un travail (très mal) rémunéré ou en réalisant le travail domestique, de reproduction, non rémunéré ce qui réduit le coût de chaque travailleur. Loin d’être « précapitaliste », cet emploi informel est un produit dérivé de l’universalisation du capitalisme (5).

Le poids des chaînes de valeur mondiales dans le commerce mondial est passé de 45 % au milieu des années 1990 à près de 55 % en 2008, avant de retomber ensuite à environ 50 % (6). Selon les estimations de l’OIT, au cours des deux premières décennies du XXIe siècle, l’emploi dans les transports et les communications a augmenté de 83 %, et celui de la construction de 118 %, plus rapidement que tout autre grand secteur. En termes d’emplois directs, ces secteurs sont composés en grande partie de travailleurs masculins. Néanmoins, un résultat important de la croissance des chaînes de valeur mondiales a été l’augmentation du travail productif des femmes puisqu’elles sont passées de 40 % de la main-d’œuvre employée en 2000 à 49 % en 2019. Dans le secteur manufacturier, qui dépend de ces chaînes de valeur, les femmes sont passées de 41 % à 44 % en 2019 (7).

En outre, de plus en plus de travailleurs ont également été attirés « dans le nœud » des rapports sociaux de production du capital, comme le souligne Ursula Huws, par la marchandisation croissante des services publics et du travail de reproduction sociale, auparavant non rémunéré, c’est-à-dire par l’organisation capitaliste de services auparavant assurés par l’État contre rétribution ou dans le foyer ou la communauté sans rémunération. Un nombre disproportionné de ces travailleurs sont des femmes, qui constituent les deux tiers des travailleurs dans l’éducation, les soins de santé et les services sociaux au niveau mondial (8). Une indication de cette tendance est l’augmentation rapide des « services marchands », qui sont passés de 20 % de l’emploi mondial selon la définition de l’OIT en 1991 à 31 % en 2018. Une autre indication de cette tendance est la diminution des actifs publics en tant que part de la richesse nationale dans tous les principaux pays industrialisés à moins de 10 % pour la plupart d’entre eux (9).

Lorsque l’on examine la recomposition de la classe laborieuse dans les pays de l’OCDE, il est courant de souligner l’augmentation des services et le déclin de la production manufacturée de biens, en supposant que cela équivaut à une réduction quantitative de la classe laborieuse. En fait, la ligne de démarcation entre ces deux secteurs représente un obscurcissement de la façon dont la valeur est créée par la classe laborieuse mondiale dans le capitalisme contemporain. La production de services est également de plus en plus dominée par des firmes géantes impliquées dans les chaînes de valeur mondiales ; sa part dans le commerce de la valeur ajoutée est passée de 31 % en 1980 à 43 % en 2009. Il est important de garder à l’esprit que la production de biens est essentielle à la fourniture de services, et vice versa. Il n’y a pas de services réalisés sans fabrication d’objets et il n’y a pas de biens produits sans l’apport de « services ». Le travail impliqué dans les deux secteurs est supposé produire de la plus-value. La valeur d’usage de la marchandise produite est secondaire. Alors que l’emploi dans le secteur mondial des services a augmenté de 61 % au cours des deux premières décennies du XXIe siècle, la main-d’œuvre industrielle internationale a augmenté de 40 % (10). Cette différence relative de croissance est en partie due à l’augmentation continue de la productivité dans le secteur manufacturier mondial à un rythme plus rapide que l’économie mondiale dans son ensemble, plutôt qu’à une diminution de la production industrielle.

En effet, de 2000 à 2019, ce qui correspond à une période de croissance plutôt modérée, la valeur ajoutée manufacturière mondiale, loin de disparaître, a augmenté de 123 % en dollars courants, soit environ la moitié en termes réels. Dans l’ensemble, contrairement à ce que suggère la notion de société « post-industrielle », la main-d’œuvre manufacturière est passée de 393 millions en 2000 à 460 millions en 2019, tandis que la main-d’œuvre industrielle (fabrication, construction et exploitation minière) est passée de 536 millions à 755 millions au cours de la même période. Cela n’inclut pas les travailleurs des transports, des communications et des services publics, qui sont également essentiels à la production de biens et qui constitueront 226 millions de travailleurs supplémentaires en 2019, contre 116 millions deux décennies plus tôt. Ensemble, ce « noyau » industriel représentait 41 % de la main-d’œuvre non agricole mondiale en 2019 (11). En d’autres termes, les travailleurs industriels du monde, pour emprunter une expression, restent une composante majeure dans la production de valeur et dans la population active. Leur répartition mondiale a toutefois changé.

Dispersion géographique et inégalités

La croissance de la production mondiale et, par conséquent, de la main-d’œuvre ouvrière, n’a cependant pas été répartie de manière égale sur la planète. Alors que les pays de l’OCDE produisent toujours la plus grande part de la valeur ajoutée manufacturière (VAM), les pays en développement ont vu leur part augmenter de 18 % en 1990 à environ 40 % en 2019, tandis que celle des pays anciennement industrialisés est passée de 79 % à 55 % au cours de cette même période. La part de l’UE est passée de 33 % de la production mondiale de VAM en 1990 à 22 % en 2018, tandis que celle de l’Asie est passée de 24 % à 37 % au cours de cette période. La Chine, à elle seule, est passée d’environ 5 % de la production mondiale de VAM en 2000 à 20 % en 2018.

Récemment, une grande partie de l’augmentation de la part de l’Asie dans la VAM est allée à 4 pays seulement : Chine, Inde, Indonésie et Corée du Sud. L’emploi a suivi le mouvement, la part des pays industrialisés dans l’emploi manufacturier passant de 30 % en 1991 à 18 % en 2018 (12). Au XXIe siècle, la croissance du travail « informel », celle de la production de biens et le rôle croissant des femmes dans ces deux domaines se sont produits principalement dans le monde en développement.

Dans le même temps, les bouleversements économiques, politiques et liés à la guerre, ainsi que les dépossessions, ont entraîné une augmentation de la population migrante internationale. Le nombre de personnes vivant en dehors de leur pays d’origine est passé de 173 millions en 2000 à 271 millions en 2019, soit une augmentation de 57 %. La plupart de ces migrants sont en âge de travailler, et 48 %, soit près de la moitié, sont des femmes. Environ 111 millions de personnes ont été classées par l’Organisation internationale pour les migrations comme travailleurs migrants en 2017, ce qui correspond à des transferts de fonds vers leur pays d’origine de 689 milliards de dollars en 2018 (13). Au moins un demi-milliard de personnes perçoivent ces transferts de fonds, contribuant ainsi de manière significative à la reproduction sociale de la classe laborieuse mondiale et réduisant par la même occasion le coût du travail pour le capital international. Comme l’ont souligné Ferguson et McNally, en négligeant le rôle de la migration laborieuse, on « perd de vue les processus internationaux de dépossession et d’accumulation primitive qui, entre autres choses, génèrent des réserves mondiales de main-d’œuvre dont les mouvements transfrontaliers sont au cœur de la production et de la reproduction mondiales du capital et de la main-d’œuvre ». Ainsi, 111 millions de travailleurs supplémentaires entrent et sortent des chiffres statiques de l’OIT sur l’emploi et le processus de formation des classes, en particulier dans les centres de production importants comme les États-Unis, l’Europe et le Moyen-Orient (14).

Le capital dans son ensemble s’est extrêmement bien tiré d’affaire grâce aux réorganisations géographiques, aux progrès technologiques, à la réorganisation de la production et du procès de travail, et même aux crises du système dans sa globalité. Dans l’ensemble, dans la plupart des économies développées et en développement, que les salaires réels aient baissé ou augmenté, la part des revenus du travail dans le PIB a diminué à partir du milieu des années 1970, avec des oscillations, jusqu’en 2019. Par conséquent, la part du capital a augmenté. À titre d’indication, la part du revenu national des 10 % les plus riches a augmenté, tandis que celle des 50 % les plus pauvres a diminué, dans toutes les grandes économies (15). La pauvreté reste une caractéristique centrale du travail dans les pays en développement, malgré les affirmations de sa réduction qui a été obtenue en réalité en manipulant la définition de la pauvreté (NdT). Même en Europe, autrefois le summum de l’État-providence, l’économiste social-démocrate Wolfgang Streeck note que « ce qui suit analysera la trajectoire de la politique sociale européenne sur la longue durée, en montrant qu’elle a muté d’un État-providence social-démocrate fédéral en un programme d’ajustements compétitifs orienté sur les marchés mondiaux » (16). Autrement dit, la classe laborieuse a perdu partout.

Une grande partie de cette inégalité accrue est due au déclin relatif des syndicats et à la stagnation des salaires qui s’en est suivie dans les économies développées, à l’augmentation continue de la productivité manufacturière dans le monde entier et à l’incorporation croissante des travailleurs à bas salaires, formels et informels, des pays en développement dans les systèmes de production mondiaux. Ces tendances ont contribué à l’augmentation des taux d’exploitation partout dans le monde. Comme l’affirme l’économiste politique Anwar Shaikh, « le degré global d’inégalité des revenus repose en fin de compte sur le rapport entre les bénéfices et les salaires, c’est-à-dire sur la répartition de la valeur ajoutée » (17). Pour renforcer ce rapport à la faveur du capital, des méthodes avancées de surveillance, de mesure, de quantification et de normalisation du travail ont été mises en place, qui ont finalement eu un impact sur les travailleurs partout dans le monde.

Technologie et contrôle du travail

Pour des centaines de millions de travailleurs à travers le monde, le travail reste avant tout un effort physique épuisant, apparemment éloigné du régime de haute technologie de l’automatisation et de la gestion numérique qui en est venu à intensifier le travail. Cependant, peu importe où et comment un travailleur est employé, la rapidité d’exécution et l’intensité des efforts sont déterminés par la mesure et la direction numérique du travail tout au long des vastes corridors des « juste-à-temps » du capital qui s’étendent maintenant à travers le monde.

Ce qui a le plus changé dans la nature du travail au cours des deux dernières décennies est le degré, la pénétration et l’application des technologies numériques qui contrôlent, quantifient, normalisent, modularisent, suivent et dirigent le travail des individus et des équipes (18). Ces technologies s’appuient sur les efforts du taylorisme et de la lean production pour quantifier, fragmenter, normaliser et ainsi contrôler le travail individuel et collectif, quel que soit le produit ou le service qu’il produit. La numérisation d’une grande partie des technologies mobilisées dans le cadre du travail permet de mesurer et de décomposer le travail en nanosecondes, par opposition aux minutes et aux secondes de Taylor, et d’obtenir une précision absente de la simple élimination des temps morts via le management par le stress que l’on retrouve dans la lean production. Cela signifie également que chaque aspect du travail est désormais quantifié. La simplification par la quantification permet la rapidité, et la rapidité exige la quantification. Le stress peut être mesuré, mais pas l’émotion, les effets de la formation professionnelle ou les compétences tacites de tous les travailleurs.

Tout cela s’applique aux services déjà transformés au XXsiècle, passant du service domestique et des travaux effectués par des artisans locaux ou des petites entreprises à des fournisseurs d’entreprises, puis réorganisés selon des principes du lean management, et maintenant pilotés numériquement – des centres d’appel aux hôtels en passant par l’entretien des bâtiments. La quantification numérique s’applique également aux activités professionnelles dans des domaines tels que les soins de santé et l’éducation. Les données sont recueillies au cours de l’exercice de la prestation de travail pour être utilisées ensuite contre leur profession, ce qui est tout aussi vrai dans une usine ou un entrepôt. Ainsi, les enseignants sont mesurés par les notes des étudiants (prétendument le produit de l’enseignant) à partir de tests standardisés basés sur des « connaissances standardisées qu’ils sont obligés d’enseigner pour tester ». Pendant ce temps, les infirmières des hôpitaux peuvent être suivies par GPS et dirigées par des systèmes algorithmiques d’aide à la décision clinique qui recommandent des traitements standardisés. Ainsi, le personnel infirmier pourra être remplacé par des travailleurs moins qualifiés et moins coûteux effectuant des tâches standardisées. Étant donné qu’il s’agit principalement de travailleuses effectuant un « travail émotionnel », le contenu émotionnel du travail est considéré comme une gratification non reconnue par le capital – l’aspect non rémunéré du travail de reproduction sociale qui est effectué au travail plutôt que dans la sphère domestique (19).

Ce n’est pas pour rien qu’Amazon est l’exemple le plus cité de travailleurs dirigés à l’aide du numérique. Une étude récente d’un centre d’épanouissement Amazon en Californie décrit le contexte dans lequel les employés travaillent : « Afin de chorégraphier le ballet brutal qui s’ensuit lorsqu’un consommateur clique sur “passez votre commande” pour une livraison le lendemain sur Amazon Prime, la compagnie met à profit ses prouesses algorithmiques et techniques au sein de son vaste réseau de communication et de technologie numérique, de ses entrepôts et de ses machines, en “flexibilisant” numériquement sa main-d’œuvre en fonction des fluctuations de la demande des consommateurs. » Dans des installations identiques à travers le monde, le travail lui-même est guidé par des scanners et des ordinateurs de poche ou de poignet qui suivent, chronomètrent et guident les travailleurs vers le bon produit. Les travailleurs ont droit à 30 minutes de temps « hors tâche », c’est-à-dire de temps où ils ne sont pas en mouvement. En outre, ils sont poussés à des cadences élevées par des robots Kiva qui effectuent également le ramassage des produits dans les rayonnages (20). On observe la même tendance partout, à moins que la résistance des travailleurs ne la freine.

Une autre dimension de la technologie actuelle sur le lieu de travail est rarement mentionnée : tout comme la main-d’œuvre mondiale, celle des entrepôts d’Amazon est multiraciale et multinationale. Comme l’a souligné la vague internationale de manifestations de Black Lives Matter en juillet 2020, la racialisation et le racisme, bien qu’ils soient particulièrement enracinés aux États-Unis, sont présents dans le monde entier et y sont ancrés depuis l’époque de l’esclavage et du colonialisme. Le racisme sous le capitalisme n’est pas seulement un moyen de diviser la classe laborieuse, mais aussi d’imposer une condition subalterne aux groupes raciaux ou ethniques dont les « opportunités dans la vie » sont restreintes par des barrières raciales ou ethniques. C’est une force dans la formation de classe. C’est pourquoi les Afro-Américains appartiennent de manière disproportionnée à la classe laborieuse en étant des travailleurs pauvres. Le capitalisme a peut-être hérité du racisme de l’époque de l’esclavage et de la conquête coloniale, mais il a également divisé le travail et les travailleurs sur des bases raciales, ethniques, sexuelles et nationales inégales pendant des générations (21). Comme les pratiques managériales en général, la technologie classe les travailleurs par professions, rangs, compétences, attitudes, etc. et porte les marques de cet héritage.

L’intelligence artificielle (IA) et les algorithmes sont programmés par des êtres humains élevés dans ce contexte historique, qui possèdent le plus souvent un grand nombre de ses hypothèses séculaires, souvent inconscientes, tout en utilisant des données nécessairement fondées sur le passé. Comme l’a constaté un analyste : « Le passé est un lieu très raciste. Et nous n’avons que des données du passé pour former l’intelligence artificielle » (22). L’argument d’un mathématicien concernant les résultats raciaux des programmes d’IA utilisés par la police pour « prédire » les zones à forte criminalité s’applique à tous les aspects de la vie : les données raciales biaisées « créent une boucle de rétroaction pernicieuse » qui renforce les stéréotypes raciaux et, par conséquent, l’affectation des travailleurs et la distribution inégale des « opportunités de vie » raciales (23).

L’un des exemples les plus scandaleux est celui de la technologie de reconnaissance faciale, utilisée par les employeurs et les services de police, qui ne parvient pas à distinguer les individus au teint sombre les uns des autres (24). Ce n’est guère un hasard si la plupart des travailleurs surmenés et mal payés de cet entrepôt californien d’Amazon sont latinos ou noirs. Le racisme, après tout, est l’une des armes de la lutte des classes du capital, désormais intégrée dans sa technologie. Il en va de même pour le genre et le sexisme. Par exemple, les Clinical Support Decision Systems ou systèmes de décision clinique imposés aux infirmières sont basés sur des études cliniques qui « excluaient systématiquement les femmes et les minorités » (25)…

Le travail et le contrôle des corridors du capital

La technologie, les modèles d’emploi et les flux de biens, de services et de capitaux qui caractérisent la production nationale et façonnent le monde du travail reposent à leur tour sur une infrastructure matérielle internationale de plus en plus importante pour la circulation des produits et de la valeur dans le monde entier. Ces corridors matériels du capital sont principalement constitués de routes, de rails, de voies de navigation, de ports, de pipelines, d’aéroports et d’entrepôts traditionnels. Mais ils comprennent maintenant d’énormes grappes logistiques urbaines d’installations et de main-d’œuvre, des kilomètres de câbles à fibres optiques qui ne sont utilisés à grande échelle que depuis la fin des années 1990, des centres de données dont les applications sont encore plus récentes et des entrepôts reconfigurés pour le mouvement plutôt que pour le stockage et transformés par la technologie. Cette infrastructure essentiellement intégrée est créée par le travail de millions de personnes qui la construisent et l’entretiennent, et dépend de lui. Si la technologie impose des contrôles, la dépendance de l’infrastructure à l’égard d’apports continus de main-d’œuvre donne aux travailleurs leur propre contrôle potentiel – la capacité de ralentir ou d’arrêter le mouvement incessant de la valeur du capital et, par conséquent, le processus d’accumulation.

Rappelons que Marx voyait le transport et les communications comme faisant partie du secteur produisant de la valeur (26). Ainsi, les dizaines de millions de travailleurs à travers le monde dans ces dépôts intégrés de capital constant fixe[1], et dans les camions, trains, bateaux, avions, stations de câbles et centres de données qui permettent de transporter ces marchandises, les données et les finances à travers cette infrastructure, sont des travailleurs de production autant que ceux des usines ou des sites de prestation de services. Ils font fonctionner les circuits du capital et fournissent une grande partie de la vitesse à laquelle ces circuits tournent. C’est par ces voies de transport et de communication que ces circuits de capital se déplacent selon la formule familière de Marx, A – M – A’  [qui correspond au cycle d’accumulation Argent => Marchandises => Argent’ car majoré par le procès de travail]  et qui se répète séquentiellement et simultanément des millions de fois par jour. La vitesse à laquelle cela se produit détermine le profit potentiel (27). Et, bien sûr, sous l’impulsion de la concurrence mondiale, la vitesse et la livraison « juste à temps » sont devenues des caractéristiques majeures de la production et de la logistique contemporaines.

Cela est tout aussi vrai pour ceux qui travaillent dans le domaine de la circulation des données, des informations et de l’argent que pour ceux qui conduisent sur une route, font fonctionner un porte-conteneurs, entretiennent un pipeline ou travaillent dans une usine, c’est-à-dire tous ces travailleurs qui fusionnent la force de travail vivante avec la le travail mort déjà accumulé pour continuer à produire de la valeur. Aucune de ces infrastructures, ni les biens d’équipement qui les parcourent, ne prennent vie sans la main et l’esprit du travail vivant. Même le système le plus automatisé nécessite une maintenance et des réparations constantes. Par exemple, au début de 2020, les 39 centres de données d’Amazon aux États-Unis et en Irlande, censés être entièrement automatisés, employaient quand même 10 000 salariés indispensables pour les faire fonctionner (28).

Ce que l’on appelle le cloud, « le nuage » ou le cyberespace n’est rien d’autre qu’un complexe matériel étendu de câbles à fibres optiques, de centres de données, d’émetteurs et d’ordinateurs. Comme l’affirme un article du New York Times : « Les gens pensent que les données sont dans le cloud, mais ce n’est pas le cas. Elles sont dans l’océan. »  En fait, elles se trouvent aussi sur et sous terre ainsi que sous la mer, suivant les chemins tracés à l’origine au milieu du XIXsiècle pour les câbles télégraphiques.

Aujourd’hui, les câbles à fibres optiques acheminent 95 % du trafic Internet. L’ensemble du système matériel connecté et ses parties sont très vulnérables, et les ruptures ou perturbations sont fréquentes (29).

Le système est posé et réparé par les travailleurs des navires câbliers, ceux des stations de câblage du monde entier, les travailleurs des entreprises nationales de télécommunications et ceux des nombreux et gigantesques centres de données qui, comme l’a écrit James Bridle, « génèrent de telles quantités de chaleur perdue et nécessitent des quantités correspondantes de refroidissement, à partir d’hectares de systèmes de climatisation » (30). Tout cela exige à son tour la mobilisation du travail humain pour fonctionner. À chaque point de ce mouvement apparemment immatériel de données et d’argent, il y a toutes sortes de travailleurs qui ont des compétences différentes sans lesquels il n’y aurait pas de mouvement. Il n’y a pas de numérisation sans manipulation humaine.

Dans une période où les niveaux d’investissement en capital sont relativement faibles, d’innombrables milliards ont été versés pour l’extension et l’approfondissement de cette infrastructure. Si l’on considère une mesure un peu plus large de l’infrastructure, Price Waterhouse Coopers estime que 1 700 milliards de dollars ont été investis par des sources privées dans l’infrastructure entre 2010 et 2017, dans un secteur où l’investissement public joue souvent le rôle principal (31). De nouveaux câbles sont posés régulièrement, des ports et des canaux sont creusés ou dragués, de nouveaux rails de câbles transcontinentaux sont incorporés, davantage d’aéroports sont construits et les anciens sont agrandis (32). Aussi importants que soient ces nouveaux investissements, ils ne représentent que le coût initial et la main-d’œuvre nécessaire. Comme l’explique Akhil Gupta à propos des nombreux projets d’infrastructure dans le monde, « dès que le projet est terminé et officiellement déclaré ouvert, il commence déjà à être réparé » (33). Autrement dit, le « travail mort » – les dispositifs automatisés– impliqué dans l’infrastructure nécessitent un apport constant de travail vivant pendant toute sa vie de fonctionnement.

L’une des forces majeures de cette expansion des infrastructures a été l’initiative du président chinois Xi Jinping en faveur d’une nouvelle route de la soie, lancée en 2013. Cette initiative a permis de financer, en grande partie grâce à des prêts, un réseau de super-autoroutes, de lignes ferroviaires de la Chine vers l’Europe, de ports et d’aéroports qui « s’étend dans le Pacifique, l’océan Indien et jusqu’en Afrique » ainsi qu’au Moyen-Orient et en Europe. En 2015, la Chine avait mis de côté 890 milliards de dollars pour 900 projets (34). En 2019, elle s’est concentrée sur l’énergie, les infrastructures et les transports avec un investissement potentiel global estimé à environ 1 400 milliards de dollars – une échelle jamais vue auparavant, selon l’analyste Daniel Yergin (35). De telles entreprises signifient l’emploi d’un grand nombre de travailleurs à travers les vastes espaces de l’Asie centrale et du Sud, du Moyen-Orient et de l’Afrique, qui donnent vie à ces projets et qui, grâce à une action collective, peuvent également les arrêter.

Une ère de rébellion : classe ou multitudes ?

Tout cela s’est produit dans une période de turbulences économiques et de crises récurrentes, une crise climatique qui ne peut plus être ignorée, et plus récemment la pandémie de Covid-19. Chacun de ces événements a contribué, à un degré ou à un autre, à une recrudescence spectaculaire de l’activisme social, de grèves et de mobilisations de masse en opposition au statu quo. Presque partout, ces grèves, manifestations de masse et mobilisations ont été le résultat de changements économiques, de bouleversements et de détresse parfois exacerbés par la guerre. Mais elles étaient avant tout politiques dans la mesure où elles étaient principalement dirigées contre les gouvernements et les politiques néolibérales – et la corruption qui les accompagne – qui ont infligé des souffrances à la majorité des gens dans le monde. La poussée internationale qui a commencé au printemps 2011 dans le monde arabe, et qui s’est poursuivie et même accélérée pendant la pandémie de Covid-19 de 2020, a été bien trop massive pour être décrite en détail ici. Je vais plutôt tenter d’analyser certaines de ses principales caractéristiques et le rôle de la classe laborieuse dans cette recrudescence générale de l’action collective.

Selon une analyse des « troubles civils », en 2019, réalisée par la société d’évaluation des risques Veririsk Maplecroft, 47 pays, soit près d’un quart de l’ensemble des nations, ont connu des troubles civils majeurs rien qu’en 2019. Ce décompte montre que ces protestations ont balayé toutes les régions du monde autres que l’Amérique du Nord (36). Il manque dans leur décompte certaines actions importantes en Amérique du Nord, y compris plusieurs grandes grèves, l’énorme poussée de Black Lives Matter, et les mobilisations de rue et les grèves de masse de juillet à Porto Rico (37). A ces « troubles civils » se sont ajoutées de nouvelles mobilisations de masse très visibles et des manifestations en cours en 2020 en Biélorussie, en Thaïlande et dans l’Extrême-Orient russe ; des grèves de masse en Indonésie ; ainsi que la recrudescence de Black Lives Matter aux États-Unis et une grande partie du monde (38).

Nombre de ces mobilisations ont été lancées par des étudiants ou des militants de différentes classes sociales. Il convient donc de se demander quel a été le rôle exact des travailleurs et des organisations du monde du travail dans tous ces « troubles civils ».

David McNally a analysé le « retour de la grève» de masse de manière très détaillée. En examinant les grèves de masse depuis la récession de 2008, il écrit en 2020 : « Au cours de la décennie qui a suivi la grande récession, nous avons assisté à une série d’énormes grèves générales – Guadeloupe et Martinique, Inde, Brésil, Afrique du Sud, Colombie, Chili, Algérie, Soudan, Corée du Sud, France, et bien d’autres – ainsi qu’à des vagues de grèves qui ont contribué à faire tomber des chefs d’État – Tunisie, Égypte, Porto Rico, Soudan, Liban, Algérie, Irak » (39).

En outre, il y a eu des grèves de masse de différemment suivies dans le monde, souvent liées à des questions de reproduction sociale, notamment les grèves des enseignants de 2018-2019 aux États-Unis. Comme le souligne McNally, la grève de masse a également été adoptée par le mouvement des femmes, notamment lors des grèves internationales des femmes qui ont parcouru 50 pays en 2017 et en 2018 au nom du « féminisme des 99 % » . Certaines grèves de masse, rapporte-t-il, ont eu lieu au milieu de mobilisations plus larges dans les rues et sur les places du monde entier, comme celles de Hong Kong, du Chili, de Thaïlande, d’Ukraine, du Liban et d’Irak (40).

Quelques chiffres généraux montrent que l’action des travailleurs a été au centre de cette recrudescence. L’Institut syndical européen calcule que, entre 2010 et 2018, il y a eu 64 grèves générales dans l’UE, dont près de la moitié en Grèce (41). Plus largement, l’OIT, en ne prenant en compte que 56 pays, estime qu’il y a eu 44 000 arrêts de travail entre 2010 et 2019, principalement dans le secteur manufacturier. L’auteur de l’OIT note cependant que, compte tenu des limites des données, le nombre de grèves « pourrait être bien supérieur à 44 000 » (42). Rien qu’en Chine, le China Labour Bulletin a recensé quelque 6 694 grèves entre 2015 et 2017 dans des secteurs très variés. Yu Chunsen estime à 3 220 le nombre de grèves des travailleurs de l’industrie manufacturière en Chine de 2011 à mai 2019, malgré la nature précaire du travail, la migration interne massive vers les villes et l’interdiction des grèves par le gouvernement (43). Nous voyons ici un exemple clair de la fusion des travailleurs migrants informels avec la main-d’œuvre formelle – et de leurs actions ultérieures.

Nous savons que les syndicats ont joué un rôle important dans bon nombre des luttes récentes, même lorsque les dirigeants des classes moyennes se sont placés au-devant des masses. En Biélorussie, par exemple, une interview sur la BBC d’un dirigeant syndical a révélé qu’il était l’un des principaux chefs de file de la rébellion. Dans une analyse détaillée du Printemps arabe, Anand Gopal note que si les travailleurs syndiqués ont joué un rôle clé dans la plupart des révoltes populaires arabes, dans les premières phases de l’essor syrien, les masses ouvrières fragmentées sont venues en premier lieu des bidonvilles et que « la base du mouvement était constituée de travailleurs précaires, semi-employés, qui ne possédaient tout simplement pas le pouvoir structurel de menacer l’élite syrienne » (45).

En d’autres termes, une grande partie de la base de masse de 2011 provenait à la fois de la classe laborieuse organisée et des travailleurs informels dans la plupart des pays arabes, dont beaucoup, comme nous l’avons vu ci-dessus, auraient été à un moment ou à un autre attirés dans les chaînes de valeur globales du capital multinational travaillant dans les champs pétrolifères, sur les oléoducs, sur le canal de Suez et dans les nombreux ports du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Gopal soutient que leur précarité et leur emploi informel signifient qu’ils avaient peu de pouvoir. Pourtant, dans de nombreux pays en développement, ces travailleurs se sont organisés dans leurs quartiers et par le biais de syndicats nationaux, d’associations de travailleurs informels, d’organisations de travailleurs migrants et de coopératives, ainsi que sur les lieux de travail, pour prendre d’assaut les rues et les places, comme le font les travailleurs depuis des générations (46).

La composition de classe apparemment mixte d’un grand nombre de grévistes et de manifestants de masse est également le résultat de la « prolétarisation » des catégories instruites, telles que les enseignants et les infirmières, dont les emplois avaient été normalisés et soumis à une gestion plus stricte par les processus décrits ci-dessus, ainsi que de la descente de nombreux jeunes milléniaux instruits dans les emplois de la classe laborieuse. Ici, les lignes de classes semblent floues, mais le destin social de la majorité de cette génération et de la suivante est clairement celui de la classe laborieuse. Certains d’entre eux se manifestent par des grèves des travailleurs de plate-forme, ou des livreurs et autres travailleurs, nouvellement découverts comme « essentiels » à la reproduction sociale dans le contexte de la pandémie, ce qui est susceptible d’accélérer cette transformation sociale.

Ce qui semble clair, que les étudiants aient joué un rôle d’initiateur ou pas, et que les professionnels et les politiciens de la classe moyenne aient pris en charge le leadership, la plupart des rébellions de la dernière décennie étaient avant tout des rébellions de la classe laborieuse dans sa composition, et que, dans une large mesure, ils ont utilisé l’arme traditionnelle de la grève de masse. C’était le cas, qu’ils soient syndiqués ou non, ou qu’ils aient un emploi permanent ou pas, tout comme les masses analysées par Rosa Luxemburg dans La Révolution russe de 1905, dont les grèves « montrent une telle multiplicité de formes d’action les plus variées » (47). Toute cette période a constitué un exemple d’autoactivité de la classe laborieuse avec des revendications à la fois économiques et politiques.

Pourtant, nulle part les grèves ou les mobilisations de masse ont cherché à conquérir le pouvoir politique pour les travailleurs eux-mêmes ou suivant un programme approchant le socialisme. Nulle part, la classe laborieuse ou les classes mixtes en transition ont été organisées pour de tels objectifs. Dans certains cas, il ne semblait pas y avoir de dirigeants reconnaissables. Pourtant, les participants étaient organisés en « une multiplicité de formes d’action les plus variées » et en organisations, souvent par le biais de mobilisations rendues possibles par les réseaux sociaux.

La difficulté d’analyser le potentiel de cette ère de rébellion est aggravée par l’impact incertain des trois crises du capitalisme, et en particulier l’effet de la pandémie, sur diverses industries et les chaînes de valeur mondiales. Cette réflexion fera l’objet d’un autre article. Dans l’intervalle, la compréhension la plus utile du potentiel de la rébellion actuelle est décrite par McNally : « Les nouveaux mouvements de grève sont les signes avant-coureurs d’une période de recomposition des cultures de résistance ouvrières militantes, le sol fertile même à partir duquel une orientation socialiste peut se développer » (48). Il est impossible de prévoir si cette recomposition contribuera à produire une révolte sociale mondiale. Mais comme l’écrit Mark Meinster, représentant du syndicat des travailleurs de l’énergie, dans Labor Notes, « les poussées de la classe laborieuse se produisent souvent dans un contexte de profonds changements sociaux dans l’ensemble de la société tels qu’une dislocation économique abrupte et généralisée, une perte profonde de légitimité des élites dirigeantes ou une instabilité politique hors du commun » (49). Cela décrit très précisément la situation à laquelle le monde du travail est confronté aujourd’hui.

Notes

(*) Note de la traduction: dans la conceptualisation de Kim Moody, la ‘working class’ inclut les cols blancs, employés, ingénieurs et techniciens. Nous avons donc choisi d’utiliser la notion de «classe laborieuse » au lieu de celle de «classe ouvrière » qui est habituellement définie à partir du périmètre des catégories socio-professionnelles.

  1. Karl Marx, Capital, vol. III, Londres, Penguin Books, 1981, p. 1025.
  2. International Labour Office, « World Employment and Social Outlook: Trends 2020 », ILO, 2020, p. 19 ; International Labour Organization, « ILO Modelled Estimates: Employment by Sector: Annual», nov. 2019, MBI_33_EN(2).xlsx; International Labour Office, « Global Wage Report 2008/09 », ILO, 2008, p. 10.
  3. Ursula Huws, « Social Reproduction in Twenty-First Century Capitalism », Leo Panitch et Greg Albo (sous la dir. de), Socialist Register 2020, Londres, The Merlin Press, 2019, p. 169.
  4. The World Bank, « Report 2020 », p. 88 ; Snehashish Bhattacharya et Surbhi Kesar, « Precarity and Development: Production and Labor Process in the Informal Economy in India », in Review of Radical Political Economics, vol. 52, n° 3, 2020, p. 387-408 ;Kate Maegher, « Working in Chains: African Informal Workers and Global Value Chains », in Agrarian South: Journal of Political Economy, vol. 8, n° 1-2, 2019, p. 64-92 ; ILO, « Interactions Between Workers’ Organizations and Workers in the Informal Economy: A Compendium of Practice », ILO, 2-19, p. 13-14.
  5. Bhattacharya et Kesar, « Precarity… », op. cit., p. 387-408.
  6. World Bank, « Report 2020 », p. 19.
  7. ILO, « World Employment », p. 19 ; ILO, « ILO Modelled Estimates », nov. 2019 ; Bhattacharya et Kesar, « Precarity », p. 387-408 ; Kate Maegher, « Working in Chains », op. cit., p. 64-92.
  8. Ursula Huws, « Labor in the Digital Economy: The Cybertariat Comes of Age », in Monthly Review, 2014, p. 149-181 ; ILO, « LO Modelled Estimates ».
  9. World Inequality Lab, « World Inequality Report 2018, Executive Summary », World Inequality Lab, 2017, p. 11 ; ILO, « World Employment and Social Outlook – Trends 2019 », ILO, 2019, p. 14.
  10. World Bank, « Employment in Industry (% of total employment) (modelled ILO estimate)» ; World Bank, « Employment in Services (% of total employment) (modelled ILO estimate) ».
  11. World Bank, « Manufacturing Value Added ($US current» ; World Bank, « World Development », p. 27 ; Unido, « Industrial Development Report 2020 », United Nations Industrial Development Organization, 2019, p. 150; ILO, « ILO Modelled Estimates ».
  12. Unido, « Report 2020 », p. 144-149 ; BDI, Global Power Shift11 nov. 2019,
  13. International Organization for Migration, « World Migration Report 2020 », 2019, p. 3, 21.
  14. Susan Ferguson et David McNally, « Precarious Migrants: Gender, Race and the Social Reproduction of a Global Working Class », Leo Panitch et Greg Albo (sous la dir. de), Socialist Register 2015, Dublin, Merlin Press, 2014, p. 1, 3.
  15. Unctad, « Trade and Development Report 2020 »UN Conference on Trade and Development, 2020, p. 6 ; World Inequality Lab, « Report 2018 », p. 5-8.
  16. Wolfgang Streeck, « Progressive Regression: Metamorphoses of European Social Policy », in New Left Review, 118, juillet-août 2019, p. 117.
  17. Anwar Shaikh, Capitalism: Competition, Conflict, Crises, Oxford, 2016, p. 755
  18. Ursula Huws, Digital Economy, op. cit., p.94-96.
  19. Institute for Health and Socio-Economic Policy, « Health Information Basics », 2009, p. 4-7 ; Lois Weiner, « Walkouts Teach U.S. Labor a New Grammar for Struggle », in  New Politics, n°65, été 2018, p. 3-13 ; Will Johnson, « Lean Production », Shawn Gude et Bhaskar Sunkara (sous la dir. de), Class Action: An Activist Teacher’s Handbook, Jacobin Foundation, 2014, p. 11-31 ; Ursula Huws, Digital Economy, op. cit., p. 34-41.
  20. Jason Struna et Ellen Reese, « Automation and the Surveillance-Driven Warehouse in Inland Southern California », Jake Alimahomed-Wilson et Ellen Reese (sous la dir. de), The Cost of Free Shipping: Amazon in the Global Economy, Pluto Press, 2020, p. 90-92 ; James Bridle, New Dark Age: Technology and the End of the Future, Londres,Verso, 2018, p. 114-116.
  21. Voir David R. Roediger et Elizabeth D. Esch, The Production of Difference: Race and the Management of Labor in U.S. History, Oxford, 2012.
  22. James Bridle, Dark Age, op. cit., p. 144-145.
  23. Cathy O’Neil, Weapons of Math Destruction: How Big Data Increases Inequality and Threatens Democracy, Londres, Penguin Books, 2016, p. 87.
  24. James Bridle, Dark Age, op.cit., p. 139-144.
  25. Institute for Health, p. 4-7.
  26. Karl Marx, Grundrisse: Introduction to the Critique of Political Economy, Londres, Penguin Books, 1973, p. 533-534 ; Karl Marx, Capital, vol. IILondres, Penguin Books, 1978, p. 226-227.
  27. Karl Marx, Grundrisse, op. cit., p. 517-518.
  28. Datacenters.com, « Amazon AWS, maps and photos» (consulté 4/20/20).
  29. Allan Satariano, « How the Internet Travels Across Oceans», in New York Times, 10 mars 2019 ; Nicole Starosielski, The Undersea Network, Durham, Duke University Press, 2015.
  30. James Bridle, Dark Age, op. cit., p. 61 ; Nicole Starosielski, The Undersea Network, op. cit.
  31. PwC, « Global Infrastructure Investment: The Role of Private Capital in the Delivery of Essential Assets and Services », Price Waterhouse Coopers, 2017, p. 5.
  32. Voir Laleh Khalili, Sinews of War and Trade: Shipping and Capitalism in the Arabian Peninsula, Dublin, Verso, 2020.
  33. Akhil Gupta, « The Future in Ruins: Thoughts on the Temporality of Infrastructure » Nikhil Anand et al. (sous la dir. de), The Promise of Infrastructure, Durham, Duke University Press, 2018, p. 72.
  34. Peter Frankopan, The New Silk Roads: The Present and Future of the World, Londres, Bloomsbury, 2018, p. 89-114.
  35. Daniel Yergin, The New Map: Energy, Climate, and the Clash of Nations, Allen Lane, 2020,p. 181.
  36. Miha Hribernik et Sam Haynes, « 47 Countries Witness Surge in Civil Unrest – Trend to Continue in 2020», Maplecroft, 16 janv., 2020 ; Saeed Kamali Dehghan, « One in Four Countries Beset by Civil Strife as Global Unrest Soars », in Guardian, 16 janv., 2020.
  37. Rafael Bernabe, « The Puerto Rican Summer », in New Politics, n° 68, hiver 2020, p. 3-10.
  38. Dera Menra Sijabat et Richard C. Paddock, « Protests Spread Across Indonesia Over Job Law», in New York Times, 8 oct. 2020.
  39. David McNally, « The Return of the Mass Strike: Teachers, Students, Feminists, and the New Wave of Popular Upheavals, in Spectre, vol. 1, n° 1, printemps 2020, p. 20.
  40. David McNally, « The Return of the Mass Strike… », op. cit., p. 15-27.
  41. European Trade Union Institute, « Strikes in Europe», 7 avril 2020.
  42. Rosina Gammarano, « At least 44,000 work stoppages since 2010», ILO, 4 nov. 2019.
  43. Yu Chunsen, « All Workers Are Precarious: The “Dangerous Class” in China’s Labour Regime », Leo Panitch et Greg Albo (sous la dir. de), Socialist Register2020…, op. cit., p.156.
  44. Ksenia Kunitskaya et Vitaly Shkurin, « In Belarus, the Left Is Fighting to Put Social Demands at the Heart of the Protests»,in Jacobin, 17 août 2020.
  45. Anand Gopal, « The Arab Thermidor », in Catalyst, vol. 4, n° 2, été 2020, p. 125-126.
  46. Pour de multiples exemples, voir ILO, « Interactions Between Workers’ Organizations and Workers in the Informal Economy: A Compendium of Practice », ILO, 2019 ; Ronaldo Munk et al.,Organizing Precarious Workers in the Global South, New York, Open Society Foundations, 2020.
  47. Rosa Luxemburg, « The Mass Strike, the Political Party and the Trade Unions », Mary-Alice Waters (sous la dir. de), Rosa Luxemburg Speaks, Pathfinder Press, 1970, p. 163, 153-218.
  48. David McNally, « The Return of the Mass Strike… », op. cit., p. 16.
  49. Mark Meinster, « Let’s Not Miss Any More Chances » in Labor Notes, n°  500, novembre 2020, p. 3.

[1]          NdT : Le capital variable fait référence à la masse salariale (variable) tandis que le capital constant fixe correspond au capital immobilisé dans la technologie, les outillages, le bâtiment, etc.

TaF, c’est à la fois une revue trimestrielle, une plateforme numérique coopérative et l’organisation de colloques..

Pour vous abonner cliquez ici : Je m’abonne
L’objectif de TaF est de mettre en commun des informations, des documents, des idées, des contributions qui explorent et analysent le travail, sa place et son impact dans la société, dans la vie de tout un chacun et chacune, son sens, ses évolutions, ses bouleversements. Travailler au Futur est ouvert à celles et ceux qui veulent comprendre les enjeux liés au travail et toute personne engagée pour une alternative de progrès social, environnemental, économique, sociétal.

.

.

Laissez-nous un commentaire

Cliquez pour commenter

Vous devez être connecté pour publier un commentaire. Login

Leave a Reply

Article

COMMANDER LE HORS-SÉRIE KARL MARX ET LE TRAVAIL. De grands textes de Karl Marx toujours d’actualité, présentés et analysés par de grands chercheurs français...

Revue

Commander Travailler au Futur n°6 Au Sommaire : Exclusif ! Grand entretien avec François Hommeril, Président de la Confédération Générale des Cadres. Technologies et...

Revue

COMMANDER TRAVAILLER AU FUTUR N°5 Au sommaire : Portraits de travailleuses et de Travailleurs. Elles et ils exercent les métiers de taxi, de technicien du...