Connect with us

Bonjour, que recherchez-vous ?

Article

Reconnaître le travail à sa juste valeur

FacebookTwitterLinkedInWhatsApp

Perte de sens, fatigue, burn-out, démissions… Enseignants, sages-femmes, magistrats, techniciens, animateurs, policiers, infirmiers, agents administratifs, serveurs… Dans de nombreux secteurs et métiers, les travailleuses et les travailleurs veulent être écoutés, que la valeur de leur travail et de leurs compétences soient mieux considérées et reconnues par de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. La revue de presse hebdomadaire de Travailler Au Futur.

Le quotidien précaire des petites mains de la fibre optique. Avec l’accélération du déploiement de cette technologie censée garantir le très haut débit, pannes et mauvaises pratiques se multiplient. En cause, notamment, le recours massif des opérateurs à la sous-traitance, destinée à faire baisser les coûts.

Animateurs. « On nous prend pour des guignols qui font des colliers de nouilles ». Sous-payés et sous-estimés, les professionnels de l’animation dénoncent le manque de reconnaissance. À Lyon, ils ont manifesté vendredi comme dans plusieurs villes de France.

Un rapport sénatorial pointe la dégradation des conditions de travail des enseignants. Baisse du pouvoir d’achat, classes surchargées, heures de travail : le Sénat s’est emparé de la question des conditions de travail des enseignants, en préparation de l’examen du projet de loi de finances 2022, qu’il a rejeté le 23 novembre.

Pourquoi les démissions d’enseignants ont-elles triplé en 10 ans ? En 2012-2013, 400 enseignants en poste ont quitté l’Education Nationale. En 2018, ils étaient 1 417. C’est plus du triple. Sur la totalité du nombre d’enseignants en France, le phénomène concerne peu de personnes mais progressivement, il augmente, sur plusieurs années. Comment l’expliquer ?

Manque de considération, maltraitance et burn-out : la grande fatigue des sages-femmes. Epuisés par leurs études et leurs conditions de travail, étudiants et étudiantes sont de plus en plus nombreux à douter, dès leurs premières années d’exercice.

3000 magistrats dénoncent leurs conditions de travail. Un collectif de juges, substituts, greffiers attirent l’attention des États généraux de la justice sur la dégradation de leur cadre de travail qui demande de plus en plus de la performance, au détriment de l’humanité.

Tribune des magistrats sur leurs conditions de travail : « On est à bout de force », alerte une substitute du procureur. Les magistrats lancent un cri d’alarme après le suicide de l’une des leurs, âgée de 29 ans.

73% des salariés de professions intermédiaires sont mécontents de leur salaire. La grogne monte parmi les travailleurs des professions intermédiaires. En effet, ils sont 73% à dire que leur salaire est en décalage par rapport à leur implication au travail. Il s’agit des infirmiers, des officiers de police, des éducateurs, des préparateurs en pharmacie ou encore des administratifs, interrogés par l’Ugict-CGT dans son 7e baromètre annuel sur les professions intermédiaires et techniciennes.

Salaires. Dans l’hôtellerie-restauration, les négociations sentent le brûlé. Alors que de plus en plus de salariés quittent le secteur, les discussions entre syndicats et patronat patinent. Ce dernier se borne à proposer de très maigres augmentations pour les basses rémunérations, sans réelle pression du gouvernement.

Dans les entreprises, la tension monte sur les salaires. Decathlon, Labeyrie, Leroy-Merlin… Les mouvements de grève se multiplient dans de grandes entreprises jusqu’ici peu touchées par ce type de conflit social. En cause, des rémunérations jugées trop basses alors que l’inflation rogne le pouvoir d’achat.

« Le contrat social n’est plus respecté, les gens non plus » : la colère salariale gagne la Bretagne. Les grèves se multiplient dans de nombreuses usines agroalimentaires de la région habituellement peu sujettes aux conflits sociaux. Face à la hausse du coût de la vie, les salariés exigent des augmentations.

Plus d’un tiers des Français ne trouvent plus de sens dans leur travail. La crise sanitaire a permis une réelle remise en question au sein du monde du travail, comme l’observe une étude conduite par l’institut de sondage OpinionWay pour le compte de Factorial (start-up espagnole spécialisée dans les RH). Celle-ci montre que la vision des Français sur le monde professionnel a réellement évolué et que leurs attentes sont aujourd’hui différentes depuis l’arrivée du Covid.

Image Orna Wachman/Pixabay.

Laissez-nous un commentaire

Cliquez pour commenter

Vous devez être connecté pour publier un commentaire. Login

Leave a Reply

Article

Dans ce numéro consacré à la formation, retrouvez aussi nos actualités, des chiffres utiles et des infographies, des portraits de travailleurs, dix pages photos...

Revue

Commander Travailler au Futur n°8 Dans le n°8 de la revue Travailler Au Futur, retrouvez notre grand entretien avec le secrétaire général de la...

Article

Premier bassin d’emploi en Europe, l’Île-de-France représente 23% de l’emploi salarié en France. Si elle est une région attractive, l’Île-de-France est aussi marquée par...